Où voir des cormorans sur l’île de Ré ?

Le lieu idéal pour observer les cormorans sur l’île de Ré

Avec 218 espèces recensées, l’île de Ré est un paradis pour les oiseaux et présente un grand intérêt pour les ornithologues, notamment pour ses oiseaux hivernants (65 espèces) et migrateurs (56 espèces), qui créent une faune aviaire locale remarquable.

Reconnue par RAMSAR, l’île de Ré est un lieu d’importance internationale pour six espèces d’oiseaux hivernants et accueille plus de 20 000 limicoles (petits échassiers) chaque année.

Située au cœur de la route migratoire qui mène en Afrique et des zones d’hivernage et de reproduction de l’hémisphère nord qui s’étendent du Canada à la Sibérie, l’île de Ré est un point de rencontre pour les nombreux oiseaux qui traversent la France, vous pourrez y voir des cormorans sur l’île de ré.

En termes d’espèces nicheuses, l’intérêt ornithologique particulier de l’île réside dans la grande variété d’oiseaux des bois, des prairies et des pâturages, ainsi que dans le grand nombre d’oiseaux des marais, dont l’avocette et l’échasse ! Nichée au nord de l’île de Ré, la réserve naturelle de Lilleau des Niges, gérée par la Ligue française pour la protection des oiseaux (LPO), propose toute l’année des activités d’observation des oiseaux et des visites guidées pour toute la famille.

Parmi les 41 espèces locales de papillons, les visiteurs peuvent découvrir l’incroyable histoire du Grand Bleu, un papillon rare que l’on trouve dans les prairies d’origan autour de la baie de Rivedoux, ou du Cardinal, beaucoup plus abondant, que l’on peut souvent observer dans les zones boisées, sans oublier les 28 espèces de libellules de l’île !

Les mollusques et crustacés de l’Estran

L’estran de l’île ou la partie du littoral qui est continuellement couverte et découverte par les marées, est exceptionnellement beau et varié et abrite une flore et une faune abondantes. C’est un endroit que les enfants adorent explorer et où ils peuvent trouver une multitude de mollusques et de crustacés : bigorneaux, moules, palourdes, crustacés, crabes et crevettes, sans oublier les éponges et les étoiles de mer. À marée haute, lorsque les courants sont forts, ces plateaux rocheux qui s’étendent à perte de vue deviennent le repaire des pêcheurs locaux, qui s’y rendent autant pour les crabes et les crevettes que pour profiter de la beauté du paysage. L’estran abrite quelque 84 espèces de flore, dont 9 sont considérées comme rares.

Les touristes en visite sont sensibilisés à la fragilité de l’écosystème et les éco-rangers locaux, qui veillent au respect des réglementations locales, sont monnaie courante.